Une membre du BEA découvre une nouvelle plante au Québec


13 janvier 2015

Découverte d’une nouvelle espèce pour le Québec

Audrey Lachance, Bureau d’écologie appliquée

Dans le cadre d’un projet d’intendance de milieux humides élaboré par le Conseil Régional de l’Environnement du Centre-du-Québec (CRECQ), des inventaires ont eu lieu sur les terres de DOMTAR, à Saint-Martyrs-Canadiens. Différents types de milieux humides avaient été sélectionnés et le Bureau d’écologie appliquée devait documenter les différents éléments de biodiversité présents (faune, flore et perturbations) en vue de réaliser un cahier de propriétaire.

Par une magnifique journée ensoleillée, le 30 septembre dernier, avec ma collègue Éliane Séguin, nous embarquons dans nos kayacs pour explorer le lac rond et ses milieux humides. Pratiquement dès l’entrée sur le lac, je repère plusieurs utriculaires, flottant à la surface, qui m’apparaissent différentes de celles que je connais (elles ont de petits bras formant une étoile autour de la tige). Les utricules sont peu nombreux et répartis sur des feuilles opposées divisées de manière dichotomique. L’unique fleur observée au bout de la tige est d’un jaune vif. Je prends plusieurs photos, j’indique la position à l’aide d’un gps et nous poursuivons notre inventaire. En octobre, je trie mes photos et je me questionne sur cette espèce… J’envoie quelques photos à ma collègue Hélène Gilbert pour avoir son avis. Stupéfaction totale lorsque je lis son courriel m’indiquant que c’est Utricularia radiata Small, une nouvelle espèce pour le Québec! Je fouille dans mes livres de plantes aquatiques et aucun doute, il s’agit bien de cette espèce! Le lac Rond nous réservait une surprise de taille!

IMG_1634-utricularia (14)IMG_1629Utriculaire rayonnante et son habitat

Les brasénies de Schreber, l’utriculaire vulgaire de même que différentes espèces de potamots constituaient les espèces aquatiques compagnes. L’épaisseur d’eau atteignait environ 1 à 2 m. Sur la rive se trouve des marécages surtout composés de thuya occidental et de sapin baumier. La strate arbustive est comporte surtout du houx verticillé, du myrique baumier et de la cassandre caliculée. Le sol est est caractérisé par 5 cm de matière organique, puis d’un loam avec une faible pierrosité. Selon le système d’information géominière du Québec, le secteur couvert est composé de roches intrusives mafiques à ultramafiques, de roches volcaniques mafiques et d’amphibolite. Cela porte à croire que d’autres belles découvertes pourraient avoir lieu dans les environs. Un effort d’inventaire sera réalisé en 2015 pour retourner sur place et documenter davantage les différentes composantes de l’habitat en plus de tenter de la trouver dans d’autres milieux propices du secteur.

L’utriculaire rayonnante n’est connue au Canada qu’au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse où elle est considérée vulnérable (Nature Serve). Elle se trouve aussi dans les états américains limitrophes. Pour les états où cette espèce est évaluée, là aussi, son niveau de précarité est élevé variant de présumée disparue à en danger. La mise à jour de la liste des espèces à risque du Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MDDELCC) permettra l’ajout de cette nouvelle espèce (J. Labrecque, communication personnelle).

Merci à Patrick Cartier, ingénieur forestier chez DOMTAR, qui nous a autorisés à réaliser le projet sur leurs terres. Un remerciement spécial à Andréanne Blais, à Éric Perreault et à Isabelle Bonsant, du CRECQ qui font confiance au Bureau d’écologie appliquée depuis plusieurs années. Leur avant-gardisme et leur passion font d’eux des interlocuteurs de premier plan en région pour tout ce qui a trait à l’environnement. Merci à Hélène Gilbert qui m’a orientée sur l’espèce.

Références

http://www.mern.gouv.qc.ca/mines/geologie/geologie-donnees.jsp(consulté le 24 novembre 2014)

http://explorer.natureserve.org(consulté le 30 octobre 2014)

CROW, G. E  et HELLQUIST C. B. 2000. Aquatic and Wetland Plants of Northeastern North America– A revised and enlarged edition of Norman c. Fasserr’s A Manual of aquatic plants, Volume one Pteridophytes, gymnosperms and angiosperms : dicotyledons. Teh University of Wisconcin Press. 464 p.

Back to top